M.U.S.E _

< When music drives us crazy>
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Dreams. Pv : Violine [ Topic One Shot ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Frank Ziegler
You think you know me
avatar

Masculin
Messages : 612
Date de naissance : 28/04/1987
Date d'inscription : 04/05/2009
Age : 31
Localisation : In my room
Emploi/loisirs : SCHREIII !!
Humeur : Happy cogne-cogne ^^

MessageSujet: Dreams. Pv : Violine [ Topic One Shot ]   Mer 18 Nov - 9:02

La lumière de la veilleuse, bien que faible, se reflétait subtilement sur les courbes de son visage angélique. Cet effet d’optique, accentuait le contraste de ses traits, et les rendaient encore plus discernables. Pourtant Frank n’y voyait absolument rien. L’héméralopie, était une difficulté de voire dès que la lumière commençait à s’estomper. Cette anomalie génétique ne l’avait jamais, vraiment, dérangé avant. Jusqu’à ce qu’elle tombe dans l’excès. Parfois, il en maudissait presque sa mère. Seule, porteuse du codon qui avait ruiné ses yeux. Il ravala sa salive, devenu trop amère. C’était pour cette raison, qu’il aimait tellement Italia. Sûrement. Frank avait ce besoin, essentiel, de s'accrocher à ses origines maternelles. Il devait lui pardonner ses douleurs et ses malaises.

« Mamma Emilia Lucelli Ziegler. Non dimentica … Questa perfetta stanza di terapia. »Marmonna-t-il d’un Italien boiteux.

La jeune homme, posa ses mains tremblantes sur ses genoux. Il tenta de les détailler, mais en vain. Ce n’était pourtant pas faute de plisser les yeux, ou de se concentrer. Il n’était pas question de faire de plus gros efforts. Frank avait juste besoin de lumière.

« Je peux te voire. Je peux te voire. » Songea-t-il rêveur.

Ce soir là, était l’une rares fois où il éteignait les trois lampes d’un coup. Une façon, certes doloriste, mais c’était tout ce qu’il avait trouvé afin de panser ses doutes : Leur faire face. Il cligna maladroitement des yeux, puis les frotta avec un mouchoir en soie blanche. Le visage pâle de cette femme, hantait ses pensées. Ses cheveux roux emmêlés prêtaient à confusion. En fait, il n’y avait rien d’Italien en elle, que son sang, sa fougue et sa maladie.

Il se releva, en s’appuyant sur le matelas défait. Il marcha jusqu’à l’interrupteur. Ses deux bras en avant à la manière d’un somnambule nonchalant. Ses pas incertains, faisaient valser son corps svelte, mais il continuait d’avancer. Il alluma la lumière, et ouvrit délicatement ses yeux embués. Le jeune homme fit volte face, et se dirigea vers son bureau.

Frank posa son regard sur une petite boite rectangulaire. Un sourire mièvre se traça sur son visage. Violine était une créature des ténèbres. Elle était peut-être entêtée et manipulatrice. Toujours, dans un coin sombre de la scène, les vibrations de sa basse étaient sa seule lamentation. Pourtant, quand elle entrait dans une pièce, c’était … Comme un soleil rougeoyant et pétant. Comme s’il n’avait jamais eu besoin d’un projecteur pointé sur lui. Le chanteur de « Luna Blue » ferma ses yeux, fatigués par le changement brusque de luminosité. Ses mains se posèrent, inconsciemment, sur un bout de tissu en satin perle. Il n’avait aucunement besoin de le voire pour le localiser. Il savait parfaitement son emplacement. Il tâtonna lentement les fibres, à la recherche de la douceur du ruban violet qui contournait col. Ses doigts touchèrent les deux filets qui servaient de bretelles courtes. Il sourit en retouchant les bords du tissus qui descendaient jusqu’au creux des reins. C’était un modèle PASSIONATA, désigné à la manière d’un dos nu. Il n’imaginait pas du tout la bassiste, porter une nuisette aussi conquête, mais elle correspondait parfaitement au profil de LA nuisette. Il loucha légèrement des yeux, avant de la plier et de la déposer dans le boitier. Il rajouta une paire de chaussettes rouges vifs, comme il l’avait imaginé. C’était un clin d’œil nécessaire, afin d’accentuer la maladresse vestimentaire de la jeune femme. Un éclat de rire mesquin lui échappa, tout à coup. Elle était bien la seule à jouer ainsi avec ses humeurs.

Il plia une feuille de papier, contenant l’antique méthode de séchage de lavande récoltée. A défaut, de sachets préfaits, il avait du supplier un vieux fleuriste de l’aider. En contre partie il avait acheté la moitié de son stock de lavande. Ce n’était pas celle d’une grand-mère récoltée dans un champ à coté d’une maison familiale, mais elles avaient les senteurs fraîches et enivrantes de ses étés Italiens. Il prit trois brindilles et les déposa à l’intérieur de son présent. Frank ferma le boitier, sans un mot, sans une carte. Il empoigna sa lampe torche et partit à l’aventure dans un couloir complètement noir.

« La chambre de Violine est la dernière, celle à coté de la salle de bain. » Raisonna-t-il, malgré le stresse qui montait en lui.

Il n’y avait rien d’effrayant ou de paranormal à traverser ce couloir. Il le savait pour l’avoir longer, maintes fois de jour. C’était juste que l’obscurité, avait un pouvoir supérieur sur lui. Une emprise, à laquelle il ne pouvait échapper. Un peu comme une créature des ténèbres, dont les ongles étaient des tranchoirs en acier. Cette image lui déroba un sourire. Pourquoi lui donnait-il le visage de Violine Blake ?

Sa main droite bien serrée sur le manche de la lampe, guidaient ses pas lents. La boite sous son autre bras, était un fardeau, bien que son poids ne soit pas colossal. Frank avait assez de mal à déplacer son propre corps alors …

Il continua vaillamment de marcher jusqu’à heurter la surface d’une porte. Un cri de douleur lui échappa. Merde ! Les autres dormaient, et il ne fallait absolument pas que Lili le prenne en flagrant délit. Le chanteur se maudit, en frottant le bout de son nez avec sa paume. Cette fois encore, il ne s’était pas raté. Il couina, encore avant de se pencher, de déposer la boite devant la porte en question.

« Bouh … Mission, presque réussie. » Se félicita-t-il.

Encore, fallait-il retourner dans sa chambre sans se casser la figure. Frank marqua une légère pause, afin de reposer ses bras. Après quelques minutes, il prit son courage à deux mains, et pointa sa torche en face de lui. Sa vision demeurait trouble, et ses jambes étaient parcourues de spasmes dont il ne connaissait même pas l’origine. Son ventre se tordit de douleur, et il eut une soudaine envie de courir chercher sa boite. Il plissa les yeux. Les dés étaient lancés, ce serait ridicule de revenir en arrière. Ce qui était encore plus ridicule, aussi, s’était de se prendre la porte de sa propre chambre. Super ! Il laissa tomber sa lampe torche sur le sol, et plaqua sa main contre son front.

« Merda ! » Râla-t-il dans un souffle. « Le photoshoot de demain ! »

Violine allait encore râler, en le voyant arriver avec un œil au beurre noir. Surtout, que Frank s’était trompé de porte. La boite devant la porte de la salle de bain, avait une chance sur 4 d’être découverte par Lili. La cécité nocturne n’était pas une simple maladie. C’était bien plus que ça. C’était une tare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Violine Blake
The Italian Diva.
avatar

Féminin
Messages : 981
Date de naissance : 29/06/1985
Date d'inscription : 04/05/2009
Age : 33
Localisation : là....
Humeur : oO

MessageSujet: Re: Dreams. Pv : Violine [ Topic One Shot ]   Mer 18 Nov - 9:47

Violine bailla en sortant de ses couvertures. Un frisson la parcourut de la plante des pieds jusqu'à sa nuque quand le froid mordit ses orteils. Une grimace se dessina sur son visage.
Elle avait fait des cauchemars toute la nuit et n'avait dormi que d'un oeil. En plus, quelqu'un était rentré mort bourré dans le salon et s'était cogné à des portes en grognant. Heureusement qu'elle avait eu trop la fleme de se lever sinon l'intrus aurait entendu du pays.
Elle lissa ses cheveux de ses mains puis prit des vêtements, une serviette de bain, ses produits et sortit pour aller dans la salle de bain. Elle se levait toujours la première pour profiter de l'eau chaude et du temps sous ou dans l'eau.
Elle sortit de sa chambre. Le salon et le couloir était encore plongé dans une semi pénombre. Elle marcha à l'aveuglette, sous l'habitude mais jura furieusement en cognant son pied dans une petite armoire. La douleur se diffusa dans toute sa jambe gauche. Elle prit quelque temps pour ne plus voir des "indiens en bicyclette" puis se dirigea vers la salle de bain. Un grognement d'agacement passa sa bouche quand son pied gauche écrasa un carton.
Génial!
C'était vraiment sa journée! Ca promettait!
Elle se baissa, prit le carton et rentra dans la salle de bain. Elle alluma la lumière, restant aveugle quelques secondes puis ferma à clé. Elle regarda le carton. En l'écrasant, les bords s'étaient fendues et on pouvait voir l'intérieur. Elle se posa sur le bord de la baignoire et regarda dans la boîte. Une odeur de lavande sortit du carton, la faisant froncer les sourcils. Son coeur bondit dans sa poitrine.
Plus personne, à part les personnes âgées, ne mettaient de lavande dans ses vêtements. Et surtout pas dans ce qui semblait être une nuisette. Sans penser un instant qu'elle faisait intrusion dans la vie privée de quelqu'un, elle sortit le vêtement de sa boîte et l'admira. Elle était atrocement courte mais c'était bel et bien une nuisette de satin. Elle caressa le ruban violet du col.
Elle se demanda à qui pouvait bien appartenir ce paquet. Elle ouvrit complètement le carton en se disant qu'elle pourrait encore s'excuser plus tard de son indiscrétion mais en voyant les chaussettes rouges tomber à terre, un doute insidieux s'installa en elle.
Violine vit la lavande tenir à la nuisette. Elle décrocha les brindilles et les porta à son nez.
Typique!
Un soupir désabusé passa ses lèvres quand elle ramassa les longues chaussettes vermeilles.
Elle posa le tout sur le tabouret sous l'évier puis se doucha en vitesse. Elle se sécha, se changea puis retourna à sa chambre.
Qui avait bien pu lui laisser ce paquet? Il n'y avait pas tant de gens qui savaient ses goûts et l'histoire de la lavande... Mais ils avaient pu parler pour aider une tierce personne.
C'était possible!
Elle sortit le paquet avec sa nuisette noire bordée de dentelle et changea leur emplacement. Elle rangea la noire dans sa garde-robe et cacha celle qu'elle venait de trouver.
De la lavande d'Italie dans des vêtements... Des chaussettes rouges....
C'était pour elle, elle n'en doutait, étrangement, pas!
Son cerveau s'était mis en pause quand elle sortit du dortoir pour aller trouver Janson.
Ou alors réfléchissait-elle trop!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Dreams. Pv : Violine [ Topic One Shot ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [A verrouiller - Topic plus récent plus haut]
» Le topic de l'Histoire
» Topic CUBASE
» Le Topic BD
» Neil Young / Chrome Dreams II

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
M.U.S.E _ :: Batiment B :: Dortoirs mixtes :: • Chambre 3-
Sauter vers: